Dans la Drôme, « Eau’tour du fleuve » Rhône

Le projet « Eau’tour du fleuve » est mis en place depuis 2015 en Drôme Ardèche avec le soutien de la Compagnie Nationale du Rhône (CNR), l’association Ardèche Drôme Ourossogui Sénégal (ADOS) qui s’engage fortement dans l’accompagnement de la mission, et la Ligue 42 qui met à disposition un outil pédagogique prenant la forme d’une grande fresque transportable. 3 équipes de 4 volontaires se sont succédées pour mener des animations pédagogiques, auprès d’enfants principalement, et appuyer la mise en place événements grand public. Bilan : près de 1000 personnes ont été sensibilisées en 3 ans.

La CNR a annoncé en juin qu’elle renouvelait son soutien au projet pour l’année scolaire 2018-2019. Une bonne nouvelle et l’opportunité d’enrichir la mission : suite à l’expérimentation réussie d’un grand chantier de nettoyage des berges de la Drôme, Unis-Cité prévoit d’enrichir le projet « Eau’tour du fleuve » par la mise en place de chantiers réguliers visant à préserver les milieux aquatiques autour du Rhône, en complément des actions de sensibilisation.

A Ambérieu-en-Bugey, des liens à cultiver

Nouvellement implanté dans la ville d’Ambérieu-en-Bugey, grâce au soutien d’AG2R La Mondiale, Unis-Cité Ain cultive l’engagement de la jeunesse aux côtés de précieux partenaires locaux.
Depuis la rentrée 2017, une équipe de volontaires a ainsi intégré le Centre Social Le Lavoir d’Ambérieu-en-Bugey afin d’apporter leur volonté au projet de cohésion sociale porté.
Deux jours par semaine, durant 9 mois, les volontaires, appuyés par les salariés et bénévoles du Centre, ont décliné différents ateliers. Retour sur une palette d’activités colorées, à valoriser et réitérer :

  • Animation de séances d’accompagnement scolaire auprès d’enfants du primaire & de collégiens
  • Participation aux « Mercredi des familles » :  un temps privilégié pour favoriser la relation entre l’enfant et son parent, valoriser les rôles et les compétences des parents autour de différentes activités (sorties, activités manuelles, jeux de sociétés, cuisine, célébration des anniversaires…)
  • Animation d’un « Après-midi numérique » autour des droits et devoirs et des risques liés à Internet et jeux vidéos, aux côtés d’autres acteurs (gendarmerie, juriste…)
  • Nettoyage de printemps afin d’améliorer la propreté du quartier, de sensibiliser au tri sélectif et au développement durable
  • Animations autour du jardinage : jardin partagé, plantation des semis avec des enfants. Des graines semées auprès des habitants du quartier afin que grandisse l’envie de s’engager & de se rencontrer.

Triomphe du tri à Grand Chambéry

Partenaire historique depuis les 11 années d’existence d’Unis-Cité des Savoie, la Direction de la gestion des déchets de Grand Chambéry a accueilli une équipe de volontaires durant les 9 derniers mois.
Sur le terrain, ces derniers ont endossé la tenue d’Ambassadeurs du tri, déployant leur énergie sur différentes actions. Retour sur cette immersion…

Les Ambassadeurs du tri, parés à gravir des montagnes de déchets pour triompher au sommet.

Quatre majeures actions s’imbriquent au sein du projet construit avec la Direction de la gestion des déchets de Grand Chambéry : sensibilisation de la communauté chambérienne au tri des déchets, collectes d’aluminium dans les écoles, promotion du Gourmet bag (« Doggy bag » à la française) et gestion du tri des déchets sur des événements culturels ou sportifs locaux.

« La diversité des missions amène les volontaires à enrichir leurs connaissances sur la réduction et la gestion des déchets et d’en comprendre et transmettre les enjeux »

– Guillaume Bry, Responsable des relations usagers et de la communication

Sous la couleur orange d’Unis-Cité, les volontaires – porteurs d’un nouveau regard sur cette thématique – aiguillent le grand public, comme le décrit ainsi Guillaume Bry :  « Après une formation adéquate, ils vont à la rencontre des habitants pour les encourager à faire le bon choix entre la poubelle jaune et la poubelle marron. »

Formés sur la communication engageante, les volontaires ont toqué à plus de 450 portes au cours de leur projet. Sur leur passage, ces derniers ont partagé un message : le tri, un acte quotidien important, à la portée de chacun.

 « Tout public est visé par nos actions : aussi bien enfants qu’adultes. »

– Benjamin Troccaz, Ambassadeur du tri

Au sein d’établissements scolaires, les volontaires ont initié les élèves à la collecte d’aluminium avec l’opération « C’est l’alu! » :  « 11 collectes réalisées pour plus de 200 kilos d’aluminium ! »

Chargés en énergie, les volontaires ont également rencontré les restaurateurs chambériens adeptes du Gourmet Bag, recueillant leur avis pour susciter l’appétit à davantage d’acteurs.

Le orange d’Unis-Cité intercalé entre le jaune & marron des poubelles en option, le dégradé idéal pour tendre vers un tri optimal.

Sur de nombreux événements (Un dimanche de Récup’, Tour du Monde au Manège, Marché des continents, Odyssea), les volontaires, chargés de gérer le tri des déchets, ont eu du flair pour déceler les impairs.
« On était sur les événements pour intervenir sur la gestion des déchets, on était vraiment au contact des personnes (…) on voyait directement les effets de nos actions. » témoigne Benjamin Troccaz.

« Grand Chambéry m’a permis de comprendre et d’apprendre plus en profondeur la thématique du tri des déchets. »

– Zoé Tur, Ambassadrice du tri

Cette sensibilité développée face à l’enjeu du tri des déchets s’avère partagée par l’équipe entière, tel que le déclare Benjamin : « Avec ce projet j’ai pu apprendre pas mal de trucs sur le tri et j’ai récupéré un sac de tri, ce qui me permet de faire moi-même le tri désormais, ça ne prend pas de temps et c’est utile. »

Grâce au soutien renouvelé de la Direction de la gestion des déchets, dès la rentrée prochaine une nouvelle équipe de volontaires foulera maintes terres pour que triomphe le tri à Grand Chambéry. Un projet recyclable & durable !

L’Université de Lyon donne le Relais à Unis-Cité

Depuis le mois de mars, une équipe de trois volontaires mène une mission de service civique au sein de l’Université de Lyon (UdL) sur la thématique de la santé. Surnommées « Girls of Health », Audrey, Chahila et Tatiana, incarnent le rôle d’ambassadrices santé auprès des étudiants afin de favoriser l’accès aux soins de ces derniers.

Les « Girls of Health » en mission de sensibilisation auprès des étudiants

Cet engagement en service civique s’est opéré par le relais d’Unis-Cité Auvergne-Rhône-Alpes ; un appui sur différentes étapes – de la définition de la mission au recrutement des volontaires –  menant au premier déploiement du service civique au sein de l’UdL. Au fil de l’engagement, le pôle Relais d’Unis-Cité épaule l’Université et l’accompagne afin que la mission se déroule de manière sereine et inscrive le Service Civique de manière pérenne au sein de l’établissement.

L’Université de Lyon  fédère une trentaine d’établissements supérieurs et de recherche sur les départements du Rhône, de la Loire et de l’Ain. L’accès aux services de santé pour les étudiants constitue une des missions de l’établissement. Les volontaires apportent une valeur ajoutée à l’engagement de l’UdL sur la santé ainsi que les valeurs de citoyenneté portées par Unis-Cité.


Le pair à pair vers une santé de fer

La motivation face à cette mission est ainsi partagée par les trois voix des volontaires, qui se disent attirées par la voie de la santé.
« Le relationnel avec une classe d’âge similaire » constitue aussi un attrait ; un trait soulignant les interventions ponctuelles menées mais également lié à leur engagement en  équipe, qu’elles présentent comme une expérience humainement bénéfique.

Au fil des premières semaines de leur mission, l’équipe a rencontré des acteurs de la santé (CPAM, Espace Santé Jeunes, SMERRA, LMDE…) afin d’acquérir des connaissances à relayer ; de pouvoir guider les étudiants vers les structures appropriées. Une immersion rapidement suivie d’applications via la tenue de stands au sein d’établissements.

Pour palier à la méconnaissance des étudiants face au système de santé et aux freins limitant l’accès aux soins, les volontaires engagées franchissent de nombreux paliers, membres du réseau de l’Université de Lyon (à ce jour, l’ENTPE, l’UCLY, l’IEP…) et multiplient ainsi les actions de sensibilisation – touchant 200 étudiants environ à chaque occasion. Bien que l’été demeure associé à la pause universitaire, la santé reste d’actualité : ainsi, les « Girls of Health » prévoient de visiter les résidences du Crous afin d’apporter leur vitalité sur ces lieux de vie.

Lors de l’intervention opérée au sein de l’IEP, le support du robot de téléprésence* a permis aux volontaires d’initier le premier contact avec les étudiants, parfois plus à l’aise pour échanger virtuellement que réellement. *Ce robot est destiné aux étudiants en situation de handicap ou atteint d’une longue maladie, ne pouvant assister aux enseignements sur les sites universitaires.

Distribution de flyers, quizz, découverte du robot de téléprésence… la forme se veut ludique face à des thématiques parfois sensibles pour une cible à sensibiliser. Formées à aller vers, les volontaires basent avant tout leur engagement sur l’échange avec des étudiants qui prennent à cœur leur santé et déplorent parfois les efforts à déployer pour accéder aux soins associés. Par méconnaissance ou complexité, l’échange avec les volontaires permet de les éveiller à des démarches appropriées et des services présents au sein même du complexe universitaire.

 

Relais, une expertise à partager

« Faire appel à un organisme expert sur ce dispositif pour nous former et nous accompagner ».

Ainsi résumé par Crane Rogers, Chef de projet santé au sein de l’UdL, l’appui porté par Unis-Cité Auvergne-Rhône-Alpes offre « une sécurité et un gage de qualité ».

Une grande première pour l’UdL qui développe ainsi sa première mission de service civique et espère vivement une reconduite par la suite.

Crane Rogers, perçoit le développement du service civique au sein de l’établissement comme porteur d’une majeure valeur ajoutée tant au niveau du fond – « l’intérêt des actions que les volontaires permettent de développer » – que de la forme :

« Sans doute la plus-value la plus importante pour nous est que les volontaires, qui sont des jeunes et en grand partie des étudiants, sont un vrai atout pour nous rapprocher de notre public d’étudiants, pour développer des actions pour et avec eux en sortant un peu de nos pratiques et notre posture institutionnelle. »

Un déploiement qui traduit aussi l’engagement de l’établissement face aux « objectifs nationaux de développement du service civique ».

Ainsi, apportant leur part dans ce déploiement, le nombre de structures appuyées par le pôle Relais d’Unis-Cité croit chaque mois. A ce jour, les acteurs suivants font confiance à l’expertise de l’association : l’Alternateur, la Ville de Chambéry – accueillant 14 volontaires répartis au sein de bibliothèques, établissements scolaires ou culturels, la Communauté de communes de Grésivaudan, le Centre Communal d’Actions Sociales de Sainte-Foy-lès-Lyon, la Fondation Partage et Vie via la Résidence Sainte Elisabeth à Lyon, l’association Le Booster de Saint-Jean à Villeurbanne, la Mission Locale Clermont Métropole et Volcans.

D’autres acteurs sont actuellement accompagnés par le pôle Relais afin d’engager des volontaires dans les mois à venir : La Métropole de Lyon ambitionne d’en accueillir une dizaine et la Ville de Saint-Priest un binôme.

Si vous souhaitez déployer le Service Civique au sein de votre établissement, le lien à nouer avec Relais Unis-Cité-Auvergne-Rhône-Alpes se tient au bout du fil suivant : 04 78 62 08 65.

Plus d’informations sur http://www.relais-service-civique.fr/

Les Diffuseurs de solidarité au cœur de Lyon

Engagés depuis le 09 janvier, pour une durée de 6 mois, les 20 Diffuseurs de solidarité forment une équipe immergée dans le milieu associatif lyonnais, surfant sur la plateforme de défis solidaires Diffuz.com portée par La Macif.

« Ambassadeurs et facilitateurs de l’engagement des citoyens » : un titre porté avec couleur ; des heures au contact du grand public, dans le rôle de haut-parleurs, pour inciter à franchir un pas : celui du « micro-bénévolat ».

La promotion des Diffuseurs du Rhône

Leur mission ? Impulser l’engagement des lyonnais auprès d’associations de proximité lançant des défis ; des occasions d’actions de solidarité au fil du calendrier. « Promouvoir une nouvelle forme de bénévolat adaptée aux mouvances de la société actuelle » résume ainsi Claire Dell’Agostino, coordinatrice de l’équipe engagée en service civique avec Unis-Cité Rhône.

20 volontaires motivés…

Aude Rotival, volontaire Diffuseur, explique son attrait pour la mission proposée par la notion d’équipe, source d’enrichissement, ainsi que par le déclic apporté vers la solidarité au grand public. Reconnaissante de l’opportunité donnée par sa mission, elle se reconnait dans les profils fébriles à faire le premier pas vers des associations aux portes pourtant grandes ouvertes.

L’occasion de faire sonner celle du Carillon lui a été donnée en mars dernier, marquée par le projet porté par cette association « qui crée un réseau de commerçants dans toute la ville qui acceptent d’offrir différents services gratuits aux sans-abris. Par exemple, cela peut être un café, la possibilité de déposer un sac ou recharger un téléphone, de réparer des lunettes chez un opticien, ou se faire couper les cheveux par un coiffeur. »

« L’entraide » comme remède au sein d’une société où des liens sont à nouer, pour Stéphane Fischer, volontaire Diffuseur, « promouvoir l’engagement » constitue une « mission importante » dont il tenait à devenir acteur.


20 Diffuseurs engagés…

« La mission me permet de découvrir le monde associatif de Lyon » – Roméo Seys, volontaire Diffuseur

Basée sur le support de la plateforme virtuelle, Diffuz.com, cette mission implique de nombreux contacts réels permettant la mobilisation exponentielle sur des défis liés à des enjeux essentiels : santé, nutrition, nature, environnement…

La première étape correspond à l’identification d’associations nécessitant un accompagnement pour insuffler une mobilisation sans essoufflement, créant ainsi du lien entre citoyens. L’accompagnement peut ainsi s’opérer sur un défi préalablement réfléchi par l’association en question mais peut aussi s’incarner par la création de défis avec le soutien des Diffuseurs. Ces derniers interviennent en équipe pour préparer les défis pensés, diffuser l’appel à mobilisation et valoriser les actions menées via une page facebook dédiée.

Collecte de vélos pour Janus France ; collecte de fonds pour l’opération Neurodon ; participation au réseau de distribution alimentaire alternatif VRAC ; nettoyage du campus de Bron et des chemins publics de Saint Priest avec le Centre Social de l’Olivier ; ciné-débat aux côtés de Femmes Solidaires à l’occasion de la journée des droits des femmes ; micro-trottoir avec I-buycott, association qui promeut le buycott bienveillant pour redonner le pouvoir aux citoyens…

Les branches des défis se multiplient et les Diffuseurs branchent le grand public via quelques clics.

 

Les Diffuseurs au contact des lyonnais virtuellement & réellement

Des clics & déclic

 « Aucune compétence spécifique n’est exigée si ce n’est le sourire » – Les Diffuseurs du Rhône

De bonne humeur,  de bond et rebond entre de nombreuses associations, les volontaires tissent du lien avec un réseau associatif étendu pour que les défis soient entendus et soutenus.

Le trottoir, occasionnellement lieu d’action pour voir plus vert, demeure le domaine privilégié pour aller vers le grand public lyonnais. Suite à deux mois d’engagement, les Diffuseurs s’affirment davantage éloquents grâce aux contacts à oser, aux mots à poser, guidant vers une « aisance à l’oral » gagnée.
Stéphane Fischer témoigne ainsi personnellement de l’impact de cet engagement :

« Cet engagement m’a beaucoup apporté car il m’a aidé à m’affirmer en tant qu’Homme transgenre auprès de tous les publics, mais j’ai également pu apprendre à interpeller les gens lors de mobilisations de rues (…), à adapter mon discours en fonction du public (…) ».

L’engagement mené amène une dose de confiance en soi essentielle et l’ouverture à un domaine professionnel, notamment pour Aude Rotival qui envisage une poursuite d’études associée.

 

« A la fin de mon service civique, mon action perdurera » – Roméo Seys

A l’issue de leur engagement, gage est donné que les Diffuseurs resteront prêts à s’engager auprès des nombreuses associations rencontrées.