« Parlons Cash », la gestion budgétaire en pairs à pairs

Les héros des euros ou, plus modestement, les volontaires engagés sur la mission « Parlons Cash » font leur entrée en bourse pour cette nouvelle rentrée. 18 volontaires sont mobilisés dans la région (6 dans le Rhône, 4 dans l’Ain, 4 en Haute-Savoie & 4 en Savoie, et 4 également en Saône-et-Loire, chez nos voisins de Bourgogne Franche Comté), soutenus par le Crédit Agricole Centre Est et la Fondation Solidarités by Crédit Agricole Centre Est, le Crédit Agricole des Savoie et appuyés par la Fondation nationale Crédit Agricole Solidarité et Développement.

Pour que l’argent ne soit pas un tabou et afin d’aider les jeunes, ainsi que les populations les plus fragiles, à joindre les deux bouts, « Parlons Cash » permet d’échanger sans barrières sur les difficultés financières et de limiter les risques de surendettement.

Déployée depuis 2017 dans plusieurs régions (les Hauts de France, en Centre Val de Loire, dans le Grand Est et en Nouvelle-Aquitaine), cette mission permet à Unis-Cité Auvergne Rhône-Alpes de jouer carte sur table et de charger les cartables des jeunes de bonnes pratiques.

Le but de cette mission est d’interroger les représentations des jeunes face à l’argent et la consommation. En retour, il s’agit de leur fournir les clés pour une entrée responsable dans l’autonomie financière.

Auprès des lycéens, résidents de Foyers jeunes travailleurs, dans les Missions locales, les Centres sociaux ou les Maisons de quartiers… les volontaires rencontrent leurs pairs pour les outiller sur différentes thématiques : distinction entre envie et besoin, choix d’un forfait téléphonique, les marques et la publicité, déchiffrer le vocabulaire bancaire, réaliser son budget du mois…

Accompagnés par les Points Passerelle du Crédit Agricole – des permanences tenues par des bénévoles (administrateurs ou anciens collaborateurs) ou salariés pour accompagner des bénéficiaires face à une situation financière précaire – les volontaires créent des outils et co-animent des ateliers. Jeu de plateau « Budgetissimo« , quizz interactifs, tuto vidéos animés avec talent par des volontaires (une série à découvrir sur la chaine Youtube du Crédit Agricole Charente Périgord)…

Témoignage d’Aurélie Bellemin, Déléguée générale de la Fondation Solidarité by Crédit Agricole Centre-Est

  •  Comment « Parlons Cash » permet de faire concrètement rimer « budget » avec « solidarité » ? 

La sensibilisation des jeunes, ou des publics fragiles, à la gestion budgétaire doit pouvoir permettre, en tout premier lieu, d’éviter de basculer dans des situations d’endettement, voire de surendettement. Il s’agit donc de prévention, presque tout autant que d’éducation. Apprendre à identifier et à gérer ses priorités est un réflexe qui sera utile aux bénéficiaires du programme tout au long de leur vie et pas uniquement pour leur budget, d’ailleurs !

Les collaborateurs et bénévoles des Points Passerelle du Crédit Agricole, qui accompagnent quotidiennement des familles ayant basculé dans la précarité en raison de leur endettement, savent combien cette éducation est primordiale. Pour eux, qui vont former les jeunes volontaires, la solidarité consiste tout autant à éviter que des situations difficiles n’apparaissent qu’à trouver des solutions pour les familles accompagnées. Pour le Crédit Agricole et sa fondation Solidarités, il s’agit de solidarité, bien sûr, mais aussi de responsabilité en contribuant prévenir la précarité et le surendettement.

Les jeunes volontaires, en menant les ateliers de sensibilisation auprès de leurs pairs ou auprès de personnes en situation de fragilité, vont très certainement apporter plus que de la formation et de l’information. Ils vont susciter les échanges, les questions. Leur statut de jeunes engagés dans le service civique leur ouvrira certainement la confiance de publics qui se sentiraient peut-être moins à l’aise face à d’autres interlocuteurs, plus institutionnels.

  • D’après vous, que peut apporter l’expérience d’un Service Civique à Unis-Cité aux volontaires engagés ?

À l’écoute des témoignages de jeunes ayant réalisé un service civique, je comprends que c’est indéniablement une expérience qui a marqué leur vie de jeune adulte et qui les a façonnés. Ces jeunes, souvent à la recherche d’eux-mêmes, se sont découverts, ont appris à se connaître tout autant qu’ils ont appris à connaître les autres.

Ils ont pris conscience de leurs capacités, de leur utilité, ce qui est primordial pour avoir confiance en soi. Ils sont rentrés dans leur vie d’adulte par l’échange : Unis-Cité leur a offert cette opportunité, ils ont donné de leur temps pour les autres.

Je pense que découvrir à 18 ou 20 ans qu’on peut être utile, qu’on peut donner, partager, aider est une chance formidable !

  • En quoi cette expérience peut-elle faire la différence lors d’une recherche de formation ou d’emploi ?

Au cours de leur service civique, les jeunes volontaires acquièrent des compétences humaines, « douces », les fameuses soft skills : empathie, altruisme, capacité d’écoute, travail en équipe, prise de parole au sein d’un groupe, affirmation de soi tout en respectant l’autre…

Si cette expression « soft skills », compétences douces, apparaît depuis quelques années dans tous les sujets liés à la formation ou au recrutement, c’est bien parce que, aux yeux des employeurs, les seules compétences techniques ne suffisent plus.

D’autres critères sont pris en compte ; le savoir-être compte autant que le savoir-faire désormais. Et c’est au bénéfice de l’employeur comme du collaborateur : ces compétences humaines sont le socle d’une bonne intégration dans une équipe, dans une entreprise. Elles sont d’ailleurs tout autant indispensables pour un bon manager ou un bon dirigeant d’entreprise !

Le service civique donne donc à ces jeunes volontaires, qu’ils soient de futurs candidats ou de futurs chefs d’entreprise, des qualités humaines qui sont autant d’atouts !

Les Ecovolonterre de Savoie font entendre leur voix

Les présentations posées en janvier laissaient présager une intense saison d’actions. Après 8 mois de belles réalisations, voici venu le temps de laisser la parole aux « Ecovolonterre », louveteaux engagés pour la biodiversité ; ils vous en touchent deux mots en vidéo.

De nombreuses actions – appuyés par la plateforme jagispourlanature.org – ont été menées les mois derniers dans le cadre de ce projet soutenu par la Fondation pour la Nature et l’Homme : du ramassage de déchets en plaine et en station savoyardes jusqu’à l’aménagement d’espaces verts partagés à Ambérieu-en-Bugey.

Amandine, « Ecovolonterre » à Chambéry, partage un témoignage sincère auquel s’ajoute celui d’un partenaire – Mountain Riders – qui a accompagné les volontaires au cours de l’année sur des actions de sensibilisation et de bénévolat nature grand public.

Tendez l’oreille, vous pourriez même entendre avec délice le chant des oiseaux pour lesquels ils agissent.

« A mes yeux, de plus en plus de citoyens sont sensibles à la protection de la biodiversité et de notre environnement, mais encore beaucoup, voire une majorité de personnes, sont encore insensibles aux problématiques auxquelles nous serons confrontés dans les années à venir. Grâce à nos actions, nous montrons à ces personnes que se mobiliser pour la planète n’est pas très difficile, qu’importe l’âge ou les origines. Nous permettons aussi à des associations de protection et de sensibilisation de la biodiversité de se faire connaître auprès du grand public. » Camille, « Ecovolonterre » à Chambéry

Les « Ecovolonterre » sur le terr’Ain (& en Savoie aussi !)

La mission des « Ecolovolonterre«  – engagés dans l’Ain et en Savoie – est de prendre part et promouvoir le bénévolat nature afin de préserver les espèces et les habitats naturels.

Vous avez dit « bénévolat nature » ? Il s’agit d’activités, généralement d’une demi-journée, réalisées collectivement par des citoyens encadrés par des professionnels (associations ou collectivités).

Ainsi l’objectif des « Ecovolonterre », appuyés par la plateforme
jagispourlanature.org, est d’encourager les citoyens à participer à ces actions de bénévolat nature, en prouvant par leur propre participation que ce micro-bénévolat peut être saisi par tout bras.

Afin de mener à bien leur projet, les volontaires ont participé à deux journées de formation théorique et pratique organisées par la Fondation Pour la Nature et l’Homme (FNH).

Les Ecovolonterre agissent équipe de 4, un bon ratio et de beaux râteaux

Depuis, les volontaires mènent différentes actions en lien avec un panel de partenaires locaux : sensibilisation autour des déchets dans la nature avec Mountain Riders, lutte contre la pollution lumineuse et protection des amphibiens pendant leur migration avec la FRAPNA de Savoie, restauration des haies vives et sensibilisation des passants avec la Ville de la Motte-Servolex.

Dans l’Ain, en lien avec la Mairie d’Ambérieu-en-Bugey, les « Ecovolonterre » ont notamment construit des hôtels à insectes afin d’attirer et d’inciter la population à découvrir la biodiversité dans les espaces verts de la ville.

La FRAPNA de l’Ain, acteur majeur pour une biodiversité préservée, est également en lien avec les « Ecovolonterre ». Ceux-ci ont pris part au projet « Mares, où êtes-vous ? » en réalisant un inventaire des mares de la région pour permettre la préservation de ces milieux fragiles.

Dans l’Ain, au centre de soins pour animaux sauvages l’Hirondelle, les Ecovolonterre ont consolidé des volières

Un volume d’actions à valoriser dont les « Ecovolonterre » auront l’occasion de parler le Samedi 02 Février à Ambérieu-en-Bugey lors d’une conférence sur l’engagement citoyen pour la nature : un événement qui vaut le déplacement (en vélo ou transports en commun) !

Triomphe du tri à Grand Chambéry

Partenaire historique depuis les 11 années d’existence d’Unis-Cité des Savoie, la Direction de la gestion des déchets de Grand Chambéry a accueilli une équipe de volontaires durant les 9 derniers mois.
Sur le terrain, ces derniers ont endossé la tenue d’Ambassadeurs du tri, déployant leur énergie sur différentes actions. Retour sur cette immersion…

Les Ambassadeurs du tri, parés à gravir des montagnes de déchets pour triompher au sommet.

Quatre majeures actions s’imbriquent au sein du projet construit avec la Direction de la gestion des déchets de Grand Chambéry : sensibilisation de la communauté chambérienne au tri des déchets, collectes d’aluminium dans les écoles, promotion du Gourmet bag (« Doggy bag » à la française) et gestion du tri des déchets sur des événements culturels ou sportifs locaux.

« La diversité des missions amène les volontaires à enrichir leurs connaissances sur la réduction et la gestion des déchets et d’en comprendre et transmettre les enjeux »

– Guillaume Bry, Responsable des relations usagers et de la communication

Sous la couleur orange d’Unis-Cité, les volontaires – porteurs d’un nouveau regard sur cette thématique – aiguillent le grand public, comme le décrit ainsi Guillaume Bry :  « Après une formation adéquate, ils vont à la rencontre des habitants pour les encourager à faire le bon choix entre la poubelle jaune et la poubelle marron. »

Formés sur la communication engageante, les volontaires ont toqué à plus de 450 portes au cours de leur projet. Sur leur passage, ces derniers ont partagé un message : le tri, un acte quotidien important, à la portée de chacun.

 « Tout public est visé par nos actions : aussi bien enfants qu’adultes. »

– Benjamin Troccaz, Ambassadeur du tri

Au sein d’établissements scolaires, les volontaires ont initié les élèves à la collecte d’aluminium avec l’opération « C’est l’alu! » :  « 11 collectes réalisées pour plus de 200 kilos d’aluminium ! »

Chargés en énergie, les volontaires ont également rencontré les restaurateurs chambériens adeptes du Gourmet Bag, recueillant leur avis pour susciter l’appétit à davantage d’acteurs.

Le orange d’Unis-Cité intercalé entre le jaune & marron des poubelles en option, le dégradé idéal pour tendre vers un tri optimal.

Sur de nombreux événements (Un dimanche de Récup’, Tour du Monde au Manège, Marché des continents, Odyssea), les volontaires, chargés de gérer le tri des déchets, ont eu du flair pour déceler les impairs.
« On était sur les événements pour intervenir sur la gestion des déchets, on était vraiment au contact des personnes (…) on voyait directement les effets de nos actions. » témoigne Benjamin Troccaz.

« Grand Chambéry m’a permis de comprendre et d’apprendre plus en profondeur la thématique du tri des déchets. »

– Zoé Tur, Ambassadrice du tri

Cette sensibilité développée face à l’enjeu du tri des déchets s’avère partagée par l’équipe entière, tel que le déclare Benjamin : « Avec ce projet j’ai pu apprendre pas mal de trucs sur le tri et j’ai récupéré un sac de tri, ce qui me permet de faire moi-même le tri désormais, ça ne prend pas de temps et c’est utile. »

Grâce au soutien renouvelé de la Direction de la gestion des déchets, dès la rentrée prochaine une nouvelle équipe de volontaires foulera maintes terres pour que triomphe le tri à Grand Chambéry. Un projet recyclable & durable !

Pour les volontaires de Chambéry, c’est parti !

« Enchanté.e, je suis engagé.e ! »

A l’occasion de leur soirée de lancement, Mardi 07 Novembre, à la Maison des Associations de Chambéry, les 23 volontaires d’Unis-Cité des Savoie ont honoré le thème « chic & élégant » tout en étant très à l’aise pour présenter leur engagement. Une performance impressionnante saluée dans la presse par un article du Dauphiné Libéré.

La promotion DiversCité dans le Dauphiné Libéré du 09/11/2017

Afin d’animer cette soirée, la promotion DiversCité a concocté une vidéo pleine d’idéaux pour se présenter en quelques mots : un lancement en mouvement à découvrir ici !

 

Des partenariats de longue durée & de la nouveauté


Durant cette soirée de lancement, honorée par les soutiens présents (anciens volontaires, partenaires, élus, bénévoles), les volontaires ont présenté les projets diversifiés sur lesquels ils sont engagés.

Parmi ces projets, de précieux partenariats renouvelés et des nouveaux répondant à de primordiaux besoins sociaux.

Cette nouvelle rentrée correspond ainsi à la neuvième aux côtés du service déchets du Grand Chambéry au sein duquel des volontaires épaulent l’activité de sensibilisation des chambériens au tri et à la réduction des déchets produits.

Le soutien assuré par l’agglomération de Chambéry joue également un rôle dans la pérennité du programme Médiaterre, déployé par trois équipes de volontaires cette année.

Du côté de la nouveauté, une équipe de volontaires apporte désormais son énergie à l’Association des Paralysés de France. Ce projet, financé par APICIL, permet ainsi à l’antenne chambérienne d’initier son déploiement vers Annecy : l’équipe de volontaires mobilisée l’est en partie sur l’antenne annécienne de l’APF.

Collecte HandiDon de l’APF lors de la semaine d’intégration, le 10/10/17

A saluer, le renouvellement pour une seconde édition du projet Chambéry Festivals permettant la contribution d’une équipe de volontaires sur divers festivals culturels chambériens, à l’instar de Migrant’Scène, promouvant notamment la lutte contre l’exclusion et les discriminations.

Des projets Intergénéreux & Anti-Gaspi sont également de la partie sur les enjeux du lien intergénérationnel (au sein d’EHPAD et au domicile de séniors isolés) et de la lutte contre le gaspillage alimentaire (au sein d’établissements scolaires).

Les Intergénéreux dans le Dauphiné Libéré du 28/10/17

Durant 9 mois, aux côtés de ces divers partenaires, la promotion DiversCité est engagée afin d’apporter un souffle d’air solidaire aux deux Savoie.

Suivez-les sur leur voie à la page dUnis-Cité des Savoie !