Rétroprojecteur sur « Challenge ton projet »

Retour sur un temps fort du programme « Rêve & Réalise », mené par 60 jeunes volontaires dans nos antennes de l’Isère, de la Loire et du Rhône.

Lors du temps fort « Challenge ton projet » , les différents profils engagés sur le programme « Rêve & Réalise » défilent devant des jurys de professionnels porteurs de conseils : une étape essentielle pour que ces projets en éveil puissent se concrétiser ou s’enrichir de nouvelles idées.

« Challenge ton projet » – Unis-Cité Loire – 28 mars 2019

Ainsi, à la Maison de l’Information sur la Formation et l’Emploi Loire Sud, 14 projets ont fait l’objet d’échanges constructifs entre volontaires entrainés et jurys attentifs. Aux côtés de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale, la Ville de Saint-Étienne, La ferme en chantier, Rues du développement durable, le Collectif de Transition Citoyenne de la Loire, La Fondation Vinci pour la Cité et des bénévoles d’Unis-Cité Loire, Véronique Pretet, Chargée de mission  Politique de la Ville à Saint-Étienne Métropole, revient sur son rôle « coach » :

  • Pour quelles raisons avez-vous accepté de prendre part à ce temps et de soutenir plus globalement Unis-Cité Loire ?

Véronique Pretet : « Au-delà d’un soutien financier porté par Saint-Etienne Métropole, je souhaitais participer et suivre activement l’action pour mieux la comprendre. Je crois que je me suis, en plus, laissé prendre au jeu lorsque j’ai rencontré ces jeunes avec leur dynamisme et leur volonté. J’ai eu envie de participer encore plus, et si possible, les aider dans leurs démarches. D’autre part, je dois rajouter que l’équipe d’Unis-Cité Loire est très dynamique et que c’est un plaisir de participer à tous ces temps organisés pour faire avancer les projets des jeunes. »

  • Quel ressenti conservez-vous de la rencontre avec des volontaires engagés en Service Civique et la découverte des projets développés par ces derniers ?

Véronique Pretet : « J’ai été très agréablement surprise par l’implication de ces jeunes et leur motivation. J’avais déjà participé à une première rencontre de présentation des projets, et pour certains, j’ai vu le « chemin » parcouru et j’ai été « bluffée » ! Même si les jeunes ne développent pas l’activité qu’ils ont imaginée à terme, leurs projets sont vraiment intéressants et démontrent leur sensibilité à vouloir participer à des actions solidaires. »

  • Quels conseils et regard professionnel avez-vous pu apporter aux volontaires que vous avez coachés ?

Véronique Pretet : « L’intérêt d’une petite équipe (les jurys étant composés de quatre personnes, ndlr) avec des horizons et compétences différents, nous a permis de donner des conseils à tous. Que ce soit des conseils techniques, sur les partenaires à mobiliser (avec des contacts précis) pour la suite du projet, un regard sur la posture également et la communication… Nous avons encouragé tous les jeunes et surtout valorisé le travail réalisé. Cependant, nous avons essayé de rester justes et également fait les « mises en garde » qui nous semblaient nécessaires. »

Parmi les projets présentés, « Souvenirs en mouvement » porté par Anaïs Darne, consiste en l’animation d’ateliers de danse destinés aux personnes âgées du territoire de Saint-Étienne Métropole.

« Je n’ai pas trop appréhendé la rencontre avec le jury car nous savions que nous allions rencontrer des personnes bienveillantes. Le jury m’a proposé quelques pistes pour trouver des lieux d’intervention, mais c’est surtout de la motivation et de la confiance en moi que le jury m’a apportées. C’est vraiment rassurant de voir que mon projet rend enthousiastes des personnes extérieures et qu’ils m’encouragent à continuer dans cette voie. »

Ce même jour, à La Maison de l’Environnement de Lyon, les volontaires Rêve & Réalise Rhône ont présenté leurs projets devant des jurys issus d’associations et fondations : Avise, Enactus, Evolem Citoyen, Fondation Chanel, Fondation Vinci pour la Cité, Make Sense, Passerelle et Compétences. Des bénévoles et anciens volontaires engagés sur ce même programme ont également coachés les jeunes.

Françoise Duverger, partenaire impliquée au titre de la Fondation Vinci pour la Cité, s’avoue comme Véronique Pretet « bluffée«  par la qualité de présentation, la motivation et les étapes passées avec succès par les volontaires rencontrés. Elle affirme son soutien en tant que professionnelle porteuse d’un œil critique « au bon sens du terme« .

Ariane Brejon, volontaire participante, revient sur ce temps d’échanges :

« Je porte le projet « Mouvement d’ensemble » qui consiste à proposer des ateliers de danse contemporaine à des personnes en situation de handicap et des personnes valides, afin de créer du lien entre des publics qui n’ont pas forcément l’occasion de se rencontrer.
Les jurys m’ont donné plusieurs contacts intéressants pour la poursuite de mon projet, et ont également relevé des limites. Ce Challenge a été une étape importante dans l’évolution de mon projet ; il m’a permis de confronter mon idée auprès de nouvelles personnes et d’avoir ainsi des avis constructifs. »

Clara Roqueplan, porteuse du projet nommé « Migrant n’est pas mon nom » (qui vise à lutter contre l’isolement des jeunes mineurs non accompagnés) revient à son tour sur ce temps :

« J’ai trouvé que le Challenge était arrivé à la meilleure période possible, 3 mois avant la fin de notre mission. Ça m’a permis d’avoir de vrais retours sur ce que j’avais déjà mis en place avec les jeunes, et d’avoir de nouvelles idées pour la suite. Les questions de l’après Service Civique et de la pérennisation de mon projet se sont posées lors de ce Challenge ; je réfléchis encore à l’éventualité de créer une association. Cette journée m’a également permis de prendre du recul sur mon projet et de mettre des mots sur les 3 axes sur lesquels je travaille avec les jeunes : celui de la langue, de la culture et de la mobilité. »

Enfin, à Grenoble, les volontaires ont vécu un temps innovant, mis en place grâce au soutien d’Y-Nove.
A l’occasion d’une agora, nommée pour l’occasion « A[GO!]RÊVE », les volontaires ont exposé leurs projets en présence de partenaires membres de Cap Berriat, de la Ville de Grenoble ou de bénévoles de l’antenne Unis-Cité Isère.

« L’ensemble de l’événement a été pensé et animé par les 25 volontaires. Ils l’ont construit collectivement tout en menant leurs projets respectifs en parallèle » explique Rémi Pollard-Boulogne, coordinateur de l’équipe des volontaires.

Cet événement a permis d’apporter des coups de pouce aux projets présentés tout en incitant le grand public à proposer de nouvelles idées.

Ovation pour les journées solidaires à la Fondation OVE

Depuis 8 mois, Unis-Cité a tissé de forts liens avec la Fondation OVE et plusieurs de ses établissements. Un nouveau partenariat qui s’est traduit par l’accueil de 2 journées solidaires* en mars et avril 2019.

La Fondation OVE, reconnue d’utilité publique, gère un dispositif de 100 établissements et services sociaux et médico-sociaux accueillant 5 000 personnes en situation de handicap ou en grande difficulté (adultes, adolescents et enfants).
Les liens entre Unis-Cité Auvergne-Rhône-Alpes et la Fondation OVE sont nés en septembre 2018, lorsque plusieurs de ses établissements ont bénéficié de babyfoots en carton recyclés, montés et décorés par les collaborateurs de Stryker lors de leur team building solidaire organisé par Unis-Cité (plus d’informations dans cet article).

Depuis, ces liens se sont renforcés et ont permis l’organisation de deux journées solidaires*. La première a eu lieu le 19 mars dernier au sein de l’Institut Médico-Educatif (IME) Aline Renard, à Rillieux-la-Pape. L’IME accueille 36 enfants, de 6 à 14 ans, présentant une déficience intellectuelle légère altérant leurs capacités cognitives et leurs capacités d’adaptation à l’environnement.

Montée en lien avec les équipes éducatives de l’IME, la journée s’est articulée autour de 7 ateliers manuels et créatifs réalisés par 18 collaborateurs d’Air France : création de 2 marelles et d’une piste cyclable pour agrémenter l’espace extérieur de l’IME, rénovation peinture d’une cuisine servant aux ateliers culinaires des enfants, réalisation de deux fresques murales et création de nombreux tableaux avec les enfants de l’IME pour décorer leurs différents espaces.

« Je suis très heureux de la réaction d’une petite fille de l’IME qui m’a dit que la fresque était sublime ! »

Au-delà de l’engagement et de l’énergie apportés par les collaborateurs d’Air France, cette journée a permis de créer du lien entre ces bénévoles d’un jour et les enfants accueillis par l’IME comme avec l’équipe éducative de l’établissement. L’occasion également, pour le personnel d’Air France qui a répondu présent, de découvrir le domaine médico-social et celui du handicap, plus particulièrement.

Une seconde journée solidaire a été organisée le 9 avril dernier au sein de la Maison d’Accueil Spécialisée (MAS) Michel Chapuis de la Fondation OVE, basée à Décines-Charpieu. La MAS, qui a ouvert ses portes en 2018, accueille des adultes atteints d’autisme n’ayant pu acquérir un minimum d’autonomie et atteints de déficience intellectuelle importante. L’établissement assure notamment les besoins courants de la vie, la surveillance médicale  ainsi que l’ouverture sur la vie sociale et culturelle de ses usagers.

La journée, qui a vu l’engagement de 12 collaborateurs de l’emlyon business school, s’est construite autour d’une activité régulièrement mise en place au sein de la MAS avec ses usagers : la réalisation de smoothies. Dans la matinée, une sortie a été organisée au marché de Décines afin d’acheter fruits et légumes frais ; les bénévoles de l’emlyon ont accompagné 6 usagers de la MAS pour réaliser ces achats.

Cette journée a également été l’occasion de renforcer les liens entre la MAS et la Ville de Décines ; l’atelier smoothies a été réalisé au sein même de la mairie, qui a mis leur cuisine à disposition des bénévoles de l’emlyon et des résidents de la MAS. Ces smoothies ont ensuite été distribués aux agents de la Ville dans la salle du Conseil Municipal, lors d’un pot convivial accueilli par le Maire de la Ville, Madame Laurence Fautra.

Une future journée solidaire au bénéfice de la Fondation OVE est en ligne de mire pour juillet 2019, cette fois-ci accueilli par un Service d’éducation Spécialisée et de Soins à Domicile (SESSAD). Une nouvelle occasion pour des collaborateurs d’entreprise de partager un moment convivial et de riches échanges avec les bénéficiaires de la Fondation OVE !

*Les journées solidarité entreprises, développées par Unis-Cité en Auvergne-Rhône-Alpes, permettent l’engagement de collaborateurs d’une entreprise le temps d’une journée ou d’une demi-journée, sur leur temps de travail, sur un projet d’intérêt général au sein d’une association partenaire d’Unis-Cité. L’occasion de faire cohésion entre collaborateurs tout en étant utile à une association locale.

20 ans, un bel âge qui se partage

Le Mardi 12 Mars 2019, notre association a célébré ses 20 années d’engagement pour le Service Civique : une journée dédiée à nos partenaires, bénévoles, salariés et volontaires liés par des valeurs solidaires.

Crédits photos © David Desaleux – Unis-Cité Auvergne-Rhône-Alpes

Sous les rayons de la Presqu’île de Lyon, des dynamiques rangées orangées ont fait entendre leur engagement civique. Plus de 500 volontaires en Service Civique, accompagnés par une fanfare estudiantine, ont marché de la Place de la République à la Place Carnot en portant fièrement la couleur d’Unis-Cité.

Cette Marche festive, lancée par Gérard Collomb, Maire de Lyon, et Charles-Franck Lévy, Adjoint à la vie associative et à la jeunesse, a permis aux volontaires de départements divers de se rencontrer et d’aller vers des lyonnais interpellés par les étoiles semées.

Crédits photos © Louise Labrousse-Vergier – Unis-Cité Auvergne-Rhône-Alpes

Accompagnés des salariés de notre association, les volontaires ont terminé leur Marche au seuil de l’Hôtel de Région de Lyon avant d’intégrer une plénière inaugurée par Marie-Camille Rey, Vice-Présidente de la Région en charge de la jeunesse et de la vie associative, puis ponctuée de témoignages d’acteurs majeurs de l’histoire passée et actuelle d’Unis-Cité dont Marie Trellu-Kane, Présidente et co-fondatrice d’Unis-Cité National.

Crédits photos © David Desaleux – Unis-Cité Auvergne-Rhône-Alpes

Des tables rondes se sont tenues dans la salle de l’Assemblée en présence de partenaires et volontaires, témoins de l’utilité du Service Civique pour répondre aux grands enjeux de société, contribuer aux politiques publiques locales et participer à l’insertion socio-professionnelle des jeunes.
Des paroles de partenaires captées dans la région – à découvrir dans notre playlist dédiée – ont également été diffusées pour l’occasion.

Crédits photos © David Desaleux – Unis-Cité Auvergne-Rhône-Alpes

La soirée, agrémentée d’un message vidéo d’encouragement de Yannick Blanc, alors Président de l’Agence du Service Civique, fut clôturée par Emmanuel Aubry, Préfet, Secrétaire général de la préfecture du Rhône, Préfet délégué pour l’égalité des chances.

Nos 20 ans, un événement coloré dans lequel se replonger grâce à la vidéo captée :

« Famille en Harmonie » : répit & compagnie

« Famille en Harmonie » (FEH) est un programme de visites de convivialité hebdomadaires à domicile, réalisées par des binômes de volontaires auprès de personnes en situation de handicap.

Présentation multi-voix, de la Drôme à la Savoie

« Notre mission consiste à lutter contre l’isolement des personnes en situation de handicap et à soulager les aidants. Nous organisons des temps collectifs, des sorties ludiques et culturelles tout en développant un lien de confiance. Les visites durent deux heures et sont préparées en avance. » Léa, volontaire en Savoie

« Nous nous adaptons aux handicaps des enfants ou adultes rencontrés, mais également à leurs souhaits ou envies d’activités. » Agathe, volontaire dans la Drôme

« Être volontaire pour le projet Famille en Harmonie, c’est avant tout, accepter les différences et transmettre un message de tolérance au grand public. »

– Louna, volontaire dans la Drôme

Des partenaires experts impliqués dans divers départements

Des soutiens nationaux (CNSA, Humanis, Fondation Macif, Fondation SNCF) et locaux, tel que celui de la Fondation Mérigot (détaillé en vidéo) en Isère, permettent aux volontaires de déployer leur mission et de bénéficier de formations.

L’Association des Paralysés de France (APF) France Handicap est partenaire du programme Famille en Harmonie dans l’Ain, la Drôme et la Savoie. Un partenariat qui permet aux volontaires d’être en lien avec les adhérents de l’association et de prendre part à des temps de sensibilisation dans des écoles ou auprès du grand public.

Le sport occupe aussi une place d’importance pour porter le message de pratiques à adapter. Aux côtés du Comité Sport adapté de la Drôme, les volontaires participent à des événements sportifs tels que le Championnat Zone Alpes Pétanque et celui de Cross Sport Adapté.

D’autres partenaires tels que l’Association des Pupilles de l’Enseignement Public Sud Rhône-Alpes (PEP SRA) dans la Drôme, l’association Autisme Rhône Lyon Métropole, l’Association départementale de parents et amis de personnes handicapées mentales (ADAPEI) dans la Loire et la Plateforme Autisme Multiservices (PAM 73) en Savoie, forment et accompagnent les volontaires vers des enfants en situation d’autisme.

Marielle Bertin, éducatrice spécialisée à la PAM 73, explique ainsi son engagement pour l’accompagnement de volontaires : « Par leur jeunesse et le fait qu’ils ne soient pas éducateurs, cela nous permet de proposer du répit aux familles sous une autre forme. Un éducateur va avoir une position pédagogique alors que les volontaires peuvent jouer avec l’enfant, proposer des activités plus ludiques.« 

Des volontaires grandis & des bénéficiaires ravis

Engagée dans la Drôme, Agathe rend notamment visite chaque semaine à un jeune homme de 25 ans. Elle nous livre son témoignage :

« Je prends plaisir chaque semaine à lui rendre visite et à lui proposer des animations diverses. Nous sommes toujours très attendus. Je trouve ça magique qu’une toute petite animation puisse prendre une grande proportion et égayer toute une journée. Je me sens utile suite à ça, un sentiment de bonheur… cela n’a pas de prix.« 

« Grâce à toutes ces expériences que j’ai vécues depuis le mois d’octobre et que je vais continuer à vivre pendant 5 mois, j’ai pu me découvrir de nouvelles qualités humaines. C’est une expérience qu’on ne vit qu’une fois et qui permet d’être surpris, que ce soit par sa propre personne ou par le monde qui nous entoure.« 

La recette du bonheur de Samir & Agathe

Louna, également dans la Drôme, affirme acquérir des compétences humaines : « la tolérance principalement mais aussi la compassion, l’écoute et l’ouverture d’esprit. Nous créons avant tout des rapports humains très forts, des liens de confiance solides et une relation d’égal à égal. »

« Pendant mon service civique, ce que je développe le plus, c’est ma maturité et mon humanisme, mais aussi le sens de l’organisation et du travail dans un milieu qui demande beaucoup d’adaptation. Cette mission me fait grandir. » Oscar, volontaire en Isère

Léa, Océane & Mauranne, en Savoie, évoquent le « sourire » des enfants « toujours contents » de les voir. Des « jolis moments » captés par quelques photographies qui respirent le répit.

« Les Complices » engagés avec AG2R LA MONDIALE

Avec AG2R LA MONDIALE et le nouveau programme « Les Complices », Unis-Cité développe le Service Civique dans les EHPAD de la région, au bénéfice des résidents isolés.

Depuis le mois d’octobre, Unis-Cité intervient auprès de 12 Établissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) de la région avec deux objectifs spécifiques :

  • Mobiliser des volontaires en Service Civique pour proposer un accompagnement individuel aux résidents en situation d’isolement,
  • Et accompagner progressivement les EHPAD dans la prise en main du dispositif du Service Civique pour favoriser une implantation durable de cette solution dans les structures.

Un socle commun face à un enjeu de société

De nombreuses personnes âgées en EHPAD ne reçoivent que peu de visites de proches. Dans le même temps les professionnels des EHPAD ne peuvent accorder qu’un temps limité à chaque résident.

C’est sur ce besoin d’écoute individuelle des résidents que les volontaires en Service Civique interviennent, en complémentarité avec les animations collectives proposées par les animateurs des établissements par ailleurs. Ils assurent des visites en chambre, des activités selon les envies de chaque résident (jeux, discussions, partage de connaissance et de vécu), des balades accompagnées et un soutien pour des activités personnelles à l’extérieur. Ils tissent du lien avec ces résidents, générant ainsi une rencontre entre générations qui régénère le quotidien de ces aînés isolés.

Les établissements partenaires – dans l’Ain, le Cantal, la Loire, l’Ardèche, la Haute-Savoie et l’Isère – s’engagent dans une démarche visant à implanter le Service Civique durablement dans leur structure avec l’aide d’Unis-Cité Auvergne-Rhône-Alpes, explique Stéphanie Weydenmeyer, coordinatrice du projet dans le Cantal. Le soutien d’AG2R LA MONDIALE, sur deux années pour chaque EHPAD avec un montant dégressif, favorise ce passage en douceur vers une semi-autonomie ou autonomie complète des EHPAD dans l’accueil de volontaires en Service Civique.

L’objectif est ainsi de favoriser durablement le bien-vivre des personnes âgées résidant en EHPAD par la présence de volontaires « complices » à leurs côtés.

Des particularités selon les établissements impliqués
Les souriants volontaires engagés dans deux EHPAD du CIAS d’Annemasse-Agglo

Suite à un premier temps de familiarisation avec la structure et les résidents, la découverte mutuelle et l’instauration d’un lien de confiance, les volontaires engagés prennent aussi part à certains projets spécifiques des établissements et proposent des idées neuves.

Dans le Cantal, au sein de l’EHPAD Louis Taurant à Aurillac, les volontaires accompagnent les résidents à des sorties au restaurant. En Ardèche, dans l’enceinte de l’EHPAD Yves Perrin à Chomérac, les volontaires amènent les résidents à participer aux activités de gym douce, récits de vie et cuisine thérapeutique.

En Haute-Savoie, au sein de l’EHPAD Les Gentianes, dépendant du Centre Intercommunal d’Action Sociale (CIAS) d’Annemasse-Agglo, les volontaires participent à la médiation animale exercée auprès des résidents hébergés.

D’essentiels liens individuels tissés au fil des jours, pour un ancrage durable des volontaires en Service Civique, motivés pour connecter les âges.