Les « Intergénéreux » : des instants qui rendent heureux en Haute-Savoie

Afin de favoriser le bien vivre et l’autonomie des personnes âgées, le programme « Intergénéreux » est déployé sur le bassin annécien. Un projet mis en place grâce au soutien du Département de la Haute-Savoie, via la Conférence des Financeurs de la prévention de la perte d’autonomie, et en lien avec différents partenaires : la Direction seniors commune nouvelle d’Annecy, l’Udapei 74, le SAVS Archim’Aide (Association EPANOU), la MJC Mikado, les Petits Frères des Pauvres.

Depuis novembre dernier, au rythme de 17 visites par semaine, les 4 volontaires, divisés pour l’occasion en binôme, ont franchi de nombreux paliers à la rencontre de séniors auxquels ils sont attachés.

La prise de contact entre personnes âgées et volontaires se concrétise grâce à des partenaires tel que le SAVS « Archim’aide ». Ce service a permis l’identification de séniors en situation de handicap désireux de rencontrer les volontaires. Sandrine Vindret, chef de service, nous en dit davantage :

  • Pour quelles raisons « Archim’aide » s’est engagé au côté des « Intergénéreux » ?

Sandrine Vindret : « Ce partenariat est basé sur un échange et un partage des jeunes avec un public handicapé. Chacun méconnait l’autre…Donc la première chose est l’inclusion et permettre à chacun de se rencontrer. Cette rencontre entre générations fait tomber les barrières, les personnes ne se jugent pas, ne se voient pas en miroir mais plutôt sous un regard neuf et bienveillant… »

  • Quels bénéfices percevez-vous comme acquis par les séniors visités et par les volontaires ?

Sandrine Vindret : « Les usagers qui ont pu bénéficier de cette rencontre sont ravis car ils ont passés de bons moments, rien que pour eux. La solitude pèse pour beaucoup d’entre eux et ces visites sont de vraies bulles d’air sans contraintes…Leur bien-être est notre mission au quotidien est c’est le bénéfice de ces rencontres : qu’ils soient bien et heureux durant un moment, même si c’est court et peu, c’est appréciable et ça leur fait oublier leur tracas. Je pense que c’est aussi une belle expérience pour les jeunes engagés qui ne porterons plus le même regard sur la personne âgée ou handicapée. »

A l’occasion d’une visite hebdomadaire, Mathilde Perdu, volontaire, a interrogé Madame Cussac sur ces instants partagés.

  • Pourquoi avez-vous accepté de recevoir des visites ?

Madame Cussac : « Parce que l’on me l’a proposé, déjà ! L’assistante sociale m’a dit « Il y a un nouveau service, voulez vous y participer ? » J’ai dit « Bah oui, c’est très sympathique ». Et puis pour avoir une présence. Je me plains tout le temps, alors c’est pas très gai pour vous évidemment, mais ça fait plaisir d’avoir quelqu’un…! ».

  • Que vous apportent ces visites hebdomadaires ?

Madame Cussac : « Une présence de deux personnes qui sont sympathiques et qui donnent de leur temps (…). Je trouve que c’est formidable que des jeunes comme ça donnent de leur temps plutôt que de s’intéresser à être toujours sur leur tablette. C’est une chose intéressante sur le plan social ».

Sur le plan social justement, l’équipe de volontaires composée de Tania, Chloé, Sacha et Mathilde, confirme les bénéfices apportés par cet engagement :

« Le Service Civique est une aventure enrichissante qui permet de retrouver des valeurs parfois oubliées et de partager des moments magiques avec les personnes rencontrées. » Tania Silvent

« Le Service civique m’a permis de me sentir utile, de développer mon autonomie et ma prise d’initiative. » Mathilde Perdu

Chloé Nemor est toujours surprise par la gratitude exprimée par les personnes visitées : « un jour, j’ai simplement fermé sa fenêtre et elle m’a fait un câlin » – témoigne Chloé en évoquant une personne âgée.

Pour Sacha Laroche , « Le Service Civique est une expérience intéressante qui m’a permis de mieux connaitre les personnes âgées. » Passionné de musique, il a eu l’occasion de faire écouter un de ses groupes préférés « The Clash » à une dame visitée. Loin du clash des générations, celle-ci lui a fait découvrir en retour des artistes sur trente-trois tours.

En binôme, les volontaires animent également des ateliers autour du numérique au sein de la MJC Mikado, afin que les nouvelles technologies ne riment pas avec « soucis » mais plutôt avec « hobbies ». « Nous sommes fiers de pouvoir aider les personnes dans leurs difficultés, de voir leur évolution avec les outils, c’est un vrai moment de partage. »

Les volontaires nous dévoilent que certains séniors ont parfois une meilleure connaissance de la « toile » qu’eux-mêmes… L’occasion d’apprendre et de se laisser surprendre !

« Famille en Harmonie » : répit & compagnie

« Famille en Harmonie » (FEH) est un programme de visites de convivialité hebdomadaires à domicile, réalisées par des binômes de volontaires auprès de personnes en situation de handicap.

Présentation multi-voix, de la Drôme à la Savoie

« Notre mission consiste à lutter contre l’isolement des personnes en situation de handicap et à soulager les aidants. Nous organisons des temps collectifs, des sorties ludiques et culturelles tout en développant un lien de confiance. Les visites durent deux heures et sont préparées en avance. » Léa, volontaire en Savoie

« Nous nous adaptons aux handicaps des enfants ou adultes rencontrés, mais également à leurs souhaits ou envies d’activités. » Agathe, volontaire dans la Drôme

« Être volontaire pour le projet Famille en Harmonie, c’est avant tout, accepter les différences et transmettre un message de tolérance au grand public. »

– Louna, volontaire dans la Drôme

Des partenaires experts impliqués dans divers départements

Des soutiens nationaux (CNSA, Humanis, Fondation Macif, Fondation SNCF) et locaux, tel que celui de la Fondation Mérigot (détaillé en vidéo) en Isère, permettent aux volontaires de déployer leur mission et de bénéficier de formations.

L’Association des Paralysés de France (APF) France Handicap est partenaire du programme Famille en Harmonie dans l’Ain, la Drôme et la Savoie. Un partenariat qui permet aux volontaires d’être en lien avec les adhérents de l’association et de prendre part à des temps de sensibilisation dans des écoles ou auprès du grand public.

Le sport occupe aussi une place d’importance pour porter le message de pratiques à adapter. Aux côtés du Comité Sport adapté de la Drôme, les volontaires participent à des événements sportifs tels que le Championnat Zone Alpes Pétanque et celui de Cross Sport Adapté.

D’autres partenaires tels que l’Association des Pupilles de l’Enseignement Public Sud Rhône-Alpes (PEP SRA) dans la Drôme, l’association Autisme Rhône Lyon Métropole, l’Association départementale de parents et amis de personnes handicapées mentales (ADAPEI) dans la Loire et la Plateforme Autisme Multiservices (PAM 73) en Savoie, forment et accompagnent les volontaires vers des enfants en situation d’autisme.

Marielle Bertin, éducatrice spécialisée à la PAM 73, explique ainsi son engagement pour l’accompagnement de volontaires : « Par leur jeunesse et le fait qu’ils ne soient pas éducateurs, cela nous permet de proposer du répit aux familles sous une autre forme. Un éducateur va avoir une position pédagogique alors que les volontaires peuvent jouer avec l’enfant, proposer des activités plus ludiques.« 

Des volontaires grandis & des bénéficiaires ravis

Engagée dans la Drôme, Agathe rend notamment visite chaque semaine à un jeune homme de 25 ans. Elle nous livre son témoignage :

« Je prends plaisir chaque semaine à lui rendre visite et à lui proposer des animations diverses. Nous sommes toujours très attendus. Je trouve ça magique qu’une toute petite animation puisse prendre une grande proportion et égayer toute une journée. Je me sens utile suite à ça, un sentiment de bonheur… cela n’a pas de prix.« 

« Grâce à toutes ces expériences que j’ai vécues depuis le mois d’octobre et que je vais continuer à vivre pendant 5 mois, j’ai pu me découvrir de nouvelles qualités humaines. C’est une expérience qu’on ne vit qu’une fois et qui permet d’être surpris, que ce soit par sa propre personne ou par le monde qui nous entoure.« 

La recette du bonheur de Samir & Agathe

Louna, également dans la Drôme, affirme acquérir des compétences humaines : « la tolérance principalement mais aussi la compassion, l’écoute et l’ouverture d’esprit. Nous créons avant tout des rapports humains très forts, des liens de confiance solides et une relation d’égal à égal. »

« Pendant mon service civique, ce que je développe le plus, c’est ma maturité et mon humanisme, mais aussi le sens de l’organisation et du travail dans un milieu qui demande beaucoup d’adaptation. Cette mission me fait grandir. » Oscar, volontaire en Isère

Léa, Océane & Mauranne, en Savoie, évoquent le « sourire » des enfants « toujours contents » de les voir. Des « jolis moments » captés par quelques photographies qui respirent le répit.

« Les Complices » engagés avec AG2R LA MONDIALE

Avec AG2R LA MONDIALE et le nouveau programme « Les Complices », Unis-Cité développe le Service Civique dans les EHPAD de la région, au bénéfice des résidents isolés.

Depuis le mois d’octobre, Unis-Cité intervient auprès de 12 Établissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) de la région avec deux objectifs spécifiques :

  • Mobiliser des volontaires en Service Civique pour proposer un accompagnement individuel aux résidents en situation d’isolement,
  • Et accompagner progressivement les EHPAD dans la prise en main du dispositif du Service Civique pour favoriser une implantation durable de cette solution dans les structures.

Un socle commun face à un enjeu de société

De nombreuses personnes âgées en EHPAD ne reçoivent que peu de visites de proches. Dans le même temps les professionnels des EHPAD ne peuvent accorder qu’un temps limité à chaque résident.

C’est sur ce besoin d’écoute individuelle des résidents que les volontaires en Service Civique interviennent, en complémentarité avec les animations collectives proposées par les animateurs des établissements par ailleurs. Ils assurent des visites en chambre, des activités selon les envies de chaque résident (jeux, discussions, partage de connaissance et de vécu), des balades accompagnées et un soutien pour des activités personnelles à l’extérieur. Ils tissent du lien avec ces résidents, générant ainsi une rencontre entre générations qui régénère le quotidien de ces aînés isolés.

Les établissements partenaires – dans l’Ain, le Cantal, la Loire, l’Ardèche, la Haute-Savoie et l’Isère – s’engagent dans une démarche visant à implanter le Service Civique durablement dans leur structure avec l’aide d’Unis-Cité Auvergne-Rhône-Alpes, explique Stéphanie Weydenmeyer, coordinatrice du projet dans le Cantal. Le soutien d’AG2R LA MONDIALE, sur deux années pour chaque EHPAD avec un montant dégressif, favorise ce passage en douceur vers une semi-autonomie ou autonomie complète des EHPAD dans l’accueil de volontaires en Service Civique.

L’objectif est ainsi de favoriser durablement le bien-vivre des personnes âgées résidant en EHPAD par la présence de volontaires « complices » à leurs côtés.

Des particularités selon les établissements impliqués
Les souriants volontaires engagés dans deux EHPAD du CIAS d’Annemasse-Agglo

Suite à un premier temps de familiarisation avec la structure et les résidents, la découverte mutuelle et l’instauration d’un lien de confiance, les volontaires engagés prennent aussi part à certains projets spécifiques des établissements et proposent des idées neuves.

Dans le Cantal, au sein de l’EHPAD Louis Taurant à Aurillac, les volontaires accompagnent les résidents à des sorties au restaurant. En Ardèche, dans l’enceinte de l’EHPAD Yves Perrin à Chomérac, les volontaires amènent les résidents à participer aux activités de gym douce, récits de vie et cuisine thérapeutique.

En Haute-Savoie, au sein de l’EHPAD Les Gentianes, dépendant du Centre Intercommunal d’Action Sociale (CIAS) d’Annemasse-Agglo, les volontaires participent à la médiation animale exercée auprès des résidents hébergés.

D’essentiels liens individuels tissés au fil des jours, pour un ancrage durable des volontaires en Service Civique, motivés pour connecter les âges.

Les « Ecovolonterre » sur le terr’Ain (& en Savoie aussi !)

La mission des « Ecolovolonterre«  – engagés dans l’Ain et en Savoie – est de prendre part et promouvoir le bénévolat nature afin de préserver les espèces et les habitats naturels.

Vous avez dit « bénévolat nature » ? Il s’agit d’activités, généralement d’une demi-journée, réalisées collectivement par des citoyens encadrés par des professionnels (associations ou collectivités).

Ainsi l’objectif des « Ecovolonterre », appuyés par la plateforme
jagispourlanature.org, est d’encourager les citoyens à participer à ces actions de bénévolat nature, en prouvant par leur propre participation que ce micro-bénévolat peut être saisi par tout bras.

Afin de mener à bien leur projet, les volontaires ont participé à deux journées de formation théorique et pratique organisées par la Fondation Pour la Nature et l’Homme (FNH).

Les Ecovolonterre agissent équipe de 4, un bon ratio et de beaux râteaux

Depuis, les volontaires mènent différentes actions en lien avec un panel de partenaires locaux : sensibilisation autour des déchets dans la nature avec Mountain Riders, lutte contre la pollution lumineuse et protection des amphibiens pendant leur migration avec la FRAPNA de Savoie, restauration des haies vives et sensibilisation des passants avec la Ville de la Motte-Servolex.

Dans l’Ain, en lien avec la Mairie d’Ambérieu-en-Bugey, les « Ecovolonterre » ont notamment construit des hôtels à insectes afin d’attirer et d’inciter la population à découvrir la biodiversité dans les espaces verts de la ville.

La FRAPNA de l’Ain, acteur majeur pour une biodiversité préservée, est également en lien avec les « Ecovolonterre ». Ceux-ci ont pris part au projet « Mares, où êtes-vous ? » en réalisant un inventaire des mares de la région pour permettre la préservation de ces milieux fragiles.

Dans l’Ain, au centre de soins pour animaux sauvages l’Hirondelle, les Ecovolonterre ont consolidé des volières

Un volume d’actions à valoriser dont les « Ecovolonterre » auront l’occasion de parler le Samedi 02 Février à Ambérieu-en-Bugey lors d’une conférence sur l’engagement citoyen pour la nature : un événement qui vaut le déplacement (en vélo ou transports en commun) !

Sur la piste du numérique avec Silver Geek

En partenariat avec l’association Silver Geek, avec le soutien de la Fondation Macif Nationale et la Fondation Macif Auvergne Rhône Alpes, l’association Unis-Cité Auvergne Rhône Alpes déploie cette année le programme Silver Geek sur le territoire.

Au sein de la promotion 2018-2019, 50 volontaires en engagement de service civique vont mettre en place des animations numériques ludiques auprès de résidents d’EHPAD et autres seniors tout au long de l’année scolaire. Au moins 35 structures accueilleront ces animations dans 7 départements : Savoie, Isère, Ain, Loire, Drôme, Puy de Dôme et Allier.

Concrètement les jeunes volontaires vont, par équipes de 2 à 4 jeunes, proposer chaque semaine aux seniors des jeux sportifs sur Wii (bowling, escrime, tennis…) et des activités sur tablette : des jeux de mémoire et la découverte de fonctions diverses selon les envies des seniors – skype et envoi d’e-mails, lecture de clips musicaux en ligne, recherche de photos d’archives…- ; au printemps une compétition de Wii bowling inter-structures sera organisée dans chaque département dans une ambiance festive pour valoriser les progrès des seniors et créer une émulation autour des animations.
 

Initiation à la tablette numérique avec Unis-Cité. Source : Groupe Macif.

Silver Geek est une dynamique multi-partenariale déployée à l’échelle nationale – en Auvergne Rhône Alpes, en Normandie, en Centre Val de Loire, en Bretagne, en Pays de la Loire et en Nouvelle Aquitaine où le projet est né en 2014 – www.silver-geek.org – et qui vise 3 objectifs :

  • Favoriser le bien-vieillir, le bien-être et le maintien de l’autonomie physique et psychique à travers une utilisation ludique des outils numériques
  • Donner la possibilité aux personnes de se familiariser avec le numérique
  • Permettre de bénéficier d’une ouverture sur l’extérieur et de rompre leur isolement

Il s’agit également de mobiliser localement tous ceux qui le souhaitent (associations, collectivités, établissements pour personnes âgées, entreprises) pour inventer ensemble des solutions concrètes et originales au service du territoire.

Découverte du Wii Bowling avec Unis-Cité. Source : Groupe Macif

Interview de Lynda Bensella, Déléguée Macif et Animatrice Commission Fondation Macif Auvergne Rhône Alpes qui soutient fortement le projet : qu’est ce qui a convaincu les élus de la Fondation Macif Auvergne Rhône Alpes de soutenir ce projet ?

« Nous avons fait le choix de soutenir ce projet pour sa capacité à éviter l’isolement en créant un lien intergénérationnel. L’ambition d’Unis-Cité qui rend possible concrètement la solidarité numérique des jeunes en direction des personnes âgées nous semble une expérience à encourager.  Nous avons été séduits parle caractère ludique de l’initiative qui offre à la fois une expérience de citoyenneté pour les plus jeunes et qui favorise la participation active des personnes en EHPAD. L’implication d’Unis Cité est pour nous un gage de qualité : l’association est un partenaire historique de la Fondation MACIF. Nos coopérations sont multiples et leur apport précieux notamment sur les enjeux liés aux nouvelles générations. »